Copie de P1010630

Leur tour de chant est un véritable florilège de ce que la chanson peut avoir de meilleur.

Mais bien évidemment avec deux personnalités aussi fortes, voire fantasques, un récital n'est jamais tout à fait comme les autres. Elles y mettent de la tendresse mais aussi beaucoup de fantaisie,

une pointe d'irrévérence et une bonne dose d'humour. D'une certaine manière les deux Isabelle renouent avec la grande tradition des « diseuses ». Elles chantent mais surtout elles distillent avec intelligence des textes dont on ne perd rien de ce qu'elles veulent en dire et plus encore peut-être de ce qu'elles y sous-entendent. Avec une grande économie de moyens et une belle musicalité, elles restent,

même quand elles les assaisonnent à leur manière, d'une fidélité exemplaire à des auteurs qui vont d'Anne Sylvestre à Boris Vian en passant par Trénet, Bernard Dimey, Brel et Brassens mais aussi par Delmet, Fragson ou Adamo.  

François Vicaire – ‘Théâtre en Normandie’ – mai 2009

 

Les Filles du bord de scène, deux Isabelle chanteuses, Berteloot l’accordéoniste et Paquot la percu, qui, des chants de la Commune (L’attendrai-je encore longtemps, plus que jamais d’actualité,

le Temps des Cerises) à Boris Vian (Les Joyeux bouchers, Fais-moi mal, Johnny!) en passant par les Ratés de la bagatelle de la chère Patachou, nous brossent un tableau féministe et engagé très chouette.

Michel Bedin  - ‘www.on-mag.fr’ - 13 Octobre 2010

les Filles du bord de scène’…le long, le long de la rivière de Tulle. Isabelle et Isabelle ont chanté  quelques vieilles rengaines, chansons clins d’œil, amusantes et embellies, d’un  temps révolu ou à venir.

Les fanfaronnes ont capté l’attention. Normal, c’est la faute à Eve.

                                                             Françoise Jallot « accordéon et accordéonistes magazine’  nov 2010

J'ai passé une formidable soirée à votre spectacle de l'an dernier, plein de charme, d'humour, de drôlerie et de poésie.

Sans compter que l'impressionnisme, et l'école de Rouen en particulier, y étaient constamment présents,

en majesté ou en filigrane. Cela a été, pour moi, une magnifique clôture, pétillante à souhait, de notre festival.

 

Jacques Sylvain Klein – Commissaire général de ‘Normandie impressionniste’ 2010 - 26.12.2011

  ‘ les Filles du bord de scène’ , Isabelle Paquot et Isabelle Berteloot,                 un duo de choc, railleur, drolatique et acidulé. On en redemande !

       Serge Hulpusch   ’L'écho de la Corrèze’ 20 sept 2010